Espaces pluriels : Perspectives franco-britanniques sur l’Institut des Cultures d’Islam à Paris

La logique des lieux – de mémoire et d’exposition – a été depuis un certain temps minée de l’intérieur. Là, dans les monuments et les musées, où semblait se constituer le liant d’une culture nationale, nous avons progressivement découvert les traces plus ou moins lointaines de dominations et d’oppressions que l’on a cru peut-être pouvoir oublier. Là, dans la création de nouvelles institutions, où l’intention était de reconnaître, et même de consacrer, la richesse d’une culture longtemps négligée, l’on a vu surtout la coloration de préoccupations politiques actuelles. La dynamique récente de l’étude des lieux de culture – des musées et de leurs collections – a été d’explorer leurs faces cachées et leurs archives méconnues, quitte à déconstruire les socles sur lesquels ils se tiennent.

Or, dans ce contexte, l’ICI fait figure à part. Il n’hérite ni d’un bâtiment historique, ni d’une collection ; il n’est pas non plus chargé de porter un nouveau volet du récit national, n’étant pas de l’ordre des « grands projets » typiques de la Vème République. La question de son ancrage dans un quartier historiquement lié très étroitement à l’immigration et à la décolonisation, ainsi que son imbrication dans une politique municipale aux prises avec les différentes vitesses de la globalisation et de la migration contemporaine, demeurent pour autant essentielles, nécessitant donc un renouvellement de réflexion et d’analyse des tensions qui structurent la création et le développement d’un tel lieu de culture – ou des  cultures – aujourd’hui à Paris.  Comment le cas de l’ICI infléchit-il donc les paradigmes que nous mobilisons pour analyser et sonder l’expression aussi bien architecturale qu’institutionnelle qui façonne le travail historique et culturel dans l’espace de la ville ?

Notre projet est de réunir des collaborateurs de l’ICI avec des chercheurs venus d’horizons divers sur deux jours pour interroger les enjeux non seulement multiples mais pluriels de ce nouveau lieu parisien. Nous nous intéressons autant à comment l’aspect matériel du lieu répond à un double impératif de créer un lieu « préservé » ou détaché de la circulation de la ville, et en même temps ouvert au brassage, qu’aux activités proposées entre ses murs et annoncées sur ses murs et son site web : quels publics, quelles formes et langues de communication, quelles orientations pour la programmation ? Il s’agit de faire émerger ensemble des termes pour cerner jusqu’à quel point cet institut déstabilise la logique plutôt monolithique des lieux pour permettre une autre manifestation pérenne de la pluralité des cultures dans l’espace public.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search