Ici je suis, là-bas je m’en vais

Paris et Londres n’ont jamais été aussi proches, et pourtant la frontière qui les sépare est plus infranchissable que jamais pour certains qui, souvent, voient leur salut sous des cieux anglophones. Cette projection par-delà la Manche n’a rien d’inédite. Il existe une longue tradition de quête de refuge de part et d’autre des quelques dizaines de kilomètres de mer qui séparent la France de la Grande Bretagne. Nous allons explorer et enrichir cette tradition en travaillant par le biais de la traduction avec des réfugiées et/ou demandeurs d’asile vivant à Paris pour qui l’horizon britannique constitue un élément de sens majeur dans leurs choix et actions. S’appuyant sur des récits et des images existantes pour nourrir et étendre ce sens afin qu’il trouve ensuite une forme propre à chaque participant, ce travail se conçoit comme un processus de traduction au sens large. Il vise à rendre plus intelligible et visible une condition à la fois spécifique aux migrations de masse du vingt-et-unième siècle et inscrite dans une histoire culturelle et politique balayée depuis des siècles par des vagues d’intolérance et d’ouverture.

Plus informations sur les ateliers à venir, ici

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search