Une sorte de fin…

Ça ne tient qu’à un fil… ou à un bout de scotch…

On avait posé nos affiches, on nous regardait, on sentait bien que ces affiches allaient trouver des regards, des lecteurs… puis Igor, un des élèves de l’association Kolone, perd son téléphone en grimpant sur la fontaine dans le square où nous sommes. L’affiche d’Igor affirmait la nécessite de « Be Strong », et il a fallu l’être. Son téléphone, c’est son seul lien avec sa famille.

Le lendemain, j’y retourne pour essayer de trouver un jardinier qui peut accéder à la trappe qui mène à la machinerie sous la fontaine. Personne. J’attends une petite heure, me faisant progressivement à l’idée que c’est peine perdue et qu’il n’y a qu’à se fier à un message improvisé scotché sur le grillage qui mène à la trappe. Sur un dessin de ma fille d’un gros chat tigré, le seul bout de papier que j’ai sous la main, j’écris mon message et laisse un numéro de téléphone. Ca ne tient qu’à un fil, me dis-je… en laissant le chat monter la garde.

chat de garde

Mais tout le projet sur les affiches a pris un autre sens grâce à cette attente. L’idée du fil, qui attache et qui sépare, qui peut être tenu et peut se briser, s’est effilée – frayed – en d’autres expressions : le coup de fil auquel se réduisent parfois nos liens les plus intimes, et le téléphone donc qui contient le réservoir de notre vie ; le fil du temps qui annonce tout ce que l’on ne peut pas prévoir – si nos affiches resteront et si les jardiniers responsables de la fontaine verront le chat qui les guette ; le fil conducteur de notre projet qui a suivi des méandres imprévues, se dissociant du fil prévu à travers une remontée chronologique des grands moments de rébellion dans la ville pour aller chercher des formes très éloignées de Paris et les rattacher à ces semaines que nous avons partagées ensemble. Sur le tableau dans la dernière séance à l’université américaine, AUP, on a fini avec un tas de fils dessinés entre des projets très personnels, pas vraiment d’évidence d’un “langage” ou d’une expression évolué en commun, plutôt des propositions issues chacune d’un idiome très personnel, parfois intime. Et pourtant, il m’a semblé tout à fait possible de lire ces productions les unes à la lumière des autres, à condition de faire confiance à un fil…

tableau AUP 2tableau AUP

Je ne sais pas où ce fil, ou ces fils mèneront ensuite, mais le dernier mot que j’ai à vous proposer sur le tableau à la fin de cette expérience, c’est “écheveau” : un emmêlement de fils, un assemblage, un état embrouillé, aussi. A tangle, a skein, a hank… l’écheveau dont l’étymologie le rattache à un tabouret mais selon une dérivation qui est inconnue… bel exemple de comment les fils du langage s’emmêlent… et la “culture” d’en ressortir.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search